Le vent et les kilomètres - ARTICLE GRATUIT

Le vent et les kilomètres - Média carpe 146

Le bruit du vent au crépuscule, comme un chuchotement, la lumière pâle de la pleine lune à venir, les frissons… et la route qui s’étire, à compter les heures et les kilomètres qui nous séparent du lac, gardant en nous ces rêves encore jamais atteints. Nous roulons vers notre prochaine destination, tout en calculant toutes les possibilités et les imprévus que nous pourrions affronter durant le voyage et la session. Une forme de paranoïa comme une autre après tout… Une seule chose obsède totalement mon esprit : repartirons-nous d’ici en ayant vécu quelque chose d’inoubliable ?

AU COMMENCEMENT, il y a la recherche d’un moment de gloire qu’un poisson peut nous offrir. Mais au final, nous finissons par oublier complètement cet objectif. Pourquoi ? Simplement parce que les jours passés sur ces grands lacs européens, dans un environnement incroyable, à contempler ces levers de soleil en se sentant si proche du monde animal emplit notre coeur et comble nos journées. Voilà la clé du vrai bonheur si longtemps recherché : pas uniquement la capture d’un poisson, mais l’environnement tout entier auquel il appartient. Dix kilos, vingt kilos ou plus ? Cela importe peu si vous laissez l’esprit sauvage vous prendre avec lui… Mais commençons maintenant notre histoire…

DÉBUT DU ROAD-TRIP

Nous sommes en décembre, et nous nous sommes rendus pour quelques semaines de pêche au Sud de l’Italie, dans la douce île de Sicile. Les températures sur le lac sont de 10° la nuit et de 18 à 20° en journée. Avec son petit air de « Saint-Cassien », ce beau barrage est appelé Santa Rosalia. Il est entouré de zones naturelles et de fermes. De nombreuses habitations immergées sont visibles en bordure, l’endroit idéal pour espérer rassembler les poissons se nourrissant dans les amas rocheux. Et c’est là que je décide d’amorcer avec mes « squid & spice » de Diamond Baits. L’attente est de courte durée, et rapidement les premiers départs se produisentsur mes montages placés dans 4 à 5 mètres d’eau, entre 100 et 120 mètres de distance. Les carpes sont folles et les départs violents. Le premier jour est déjà très prolifique sur cette eau que je pêche pour la première fois. Je passe mon temps à amorcer et à combattre en bateau, ce qui devient rapidement très fatigant. J’ai commencé par quatre cannes, mais, très vite, il n’en reste plus que deux en action, ce qui ne m’empêche pas de dérouler à fond ! Les poissons sont de petite taille, entre 4 et 6 kg. Après trois jours intenses au soleil à combattre des poissons, je décide de faire un break d’une journée pour pêcher le carnassier à la mouche. Mais un énorme orage nous oblige à plier pour aller déguster des cannolis dans un restaurant local. Après tout, nous sommes en Sicile, non ?

La suite à lire gratuitement ci-dessous :

 

 

Postez votre actualité

Publiez vos actualités directement sur notre site en cliquant sur le lien ci-dessous.

 Poster mon actualité